Les enjeux de la qualité de vie au travail (QVT)!

Rédigé le 18/11/2021


La qualité de vie au travail est un critère de plus en plus important dans la réussite d’une entreprise. On estime que le gain de productivité induit par le bonheur au travail est de 10 à 12%. La démarche QVT qui vise à combiner performance et bien-être doit être développé de plus en plus dans les entreprises, qu’elle que soit le secteur et la taille de l’établissement.

Qu'est-ce que la qualité de vie au travail ?

La qualité de vie au travail (QVT) est un ensemble de conditions qui assure un sentiment de bien-être aux salariés qui se répercute sur la qualité du travail fournit par ces mêmes salariés. Garantir une bonne QVT à ses employés assure une meilleure performance, une meilleure attractivité pour l’entreprise, une meilleure sélection des talents ainsi qu’une réduction du turnover et de l’absentéisme au travail. La notion de QVT repose sur plusieurs facteurs à prendre en compte :

  • La culture d’entreprise et l’attachement : pour se sentir épanouie sur son lieu de travail, un employé doit ressentir un attachement à l’ADN de l’entreprise et une atmosphère spécifique. Les valeurs prisées et la culture d’entreprise sont donc primordiales pour la dimension sociale du travail.
  • Le contenu du travail : la finalité du travail d’un employé donne un sens à ce qu’il fait. Cela est important en termes de reconnaissance sociale.
  • L’environnement de travail : l’espace de travail doit être propice pour apporter un certain « confort ». Le bruit, les nuisances visuelles… peuvent apporter de l’anxiété à un travailleur et nuire à son travail.
  • Les relations entre collègues : la dimension sociale du monde du travail est très importante puisque le temps passé dans le monde du travail est généralement plus important que le temps passé avec ses amis. Une bonne entente avec ses collègues de travail est un plus, tandis qu’une mauvaise entente peut pousser à un sentiment puissant de mal-être, voir une dépression. La cohésion de groupe est déterminante dans la bonne réalisation de projets en groupe.
  • Les relations hiérarchiques : le management d’un supérieur hiérarchique ou manager est extrêmement important dans le bien-être des collaborateurs. L’enjeu pour un manager ou supérieur est de devenir un véritable facilitateur pour son équipe plutôt qu’une source de contrainte.
  • L’équilibre personnel : il s’agit là de l’une des plus grosses problématiques de la QVT, puisqu’il s’agit de la séparation entre la vie privée et la vie professionnelle. Ce domaine de la QVT peut être perturbé par énormément de choses : séparation douloureuse, dépression, addiction… Selon Patricia Coursault, directrice du travail et chargée de mission prévention des conduites addictives en milieu du travail, « Il est indispensable d’agir sur l’articulation santé au travail et santé personnelle et sortir de cette division artificielle qui n’est pas au bénéfice de la santé publique ». À noter que l’addiction est une problématique à part entière, puisqu’outre la qualité de vie au travail, elle diminue la sécurité des employés, notamment pour un consommateur de drogue ou d’alcool.

L’ensemble de ces facteurs sont déterminants et liés les uns aux autres.

Pourquoi améliorer la qualité de vie au travail ?

Il existe plusieurs raisons qui doivent pousser un employeur à se poser des questions concernant la qualité de vie au travail. Le lien étroit qui existe entre santé mentale de l’employé et productivité doit être pris en compte par un employeur. Mais il est également question de prévenir les risques psychosociaux, qui sont un enjeu de plus en plus important dans le monde de l’entreprise. L’objectif d’une politique et stratégie d’organisation QVT est de favoriser le bonheur au travail tout autant que l’intérêt des employeurs. Il peut être intéressant, pour un dirigeant, de réaliser un audit anonyme auprès de ses employés pour connaître leur état de satisfaction au travail ainsi que dégager les grandes lignes de l’organisation du travail au sein de son entreprise.

L’amélioration de la qualité de vie au travail constitue un socle pour un développement stable et positif en liant l’être humain aux objectifs de performance.

Comment améliorer la qualité de vie au travail ?

La mise en place d’une stratégie d’amélioration de la QVT est d’une importance capitale pour faire face aux problématiques modernes du monde du travail. Une politique QVT repose avant tout sur un travail collaboratif entre les managers et l’employeur et qui a pour cible le reste des salariés. Il est souvent nécessaire de faire appel à une société extérieure pour mettre en place une politique QVT efficace étant donné qu’il est difficile de prendre du recul sur les problématiques et les besoins de son environnement. Le sujet de la QVT est souvent abordé lors des rencontres interprofessionnelles.

Une bonne QVT est une méthode de prévention des risques psycho-sociaux et permet de réduire l’absentéisme au travail. Un véritable levier pour la compétitivité.

Comment gérer les problèmes d'addiction ?

L’équilibre personnel d’un travailleur est un critère primordial de la qualité de vie au travail, seulement c’est également l’élément sur lequel l’employeur ne peut avoir qu’un impact limité étant donné que l’équilibre personnel comprend des éléments de la vie privée. L’employeur peut tout de même avoir une action en ce qui concerne les addictions à l’alcool et à la drogue. Si la possibilité en est inscrite dans le Règlement Intérieur, un patron peut réaliser des tests de dépistage drogue et alcootest en entreprise. Le but n’étant pas de sanctionner un salarié présentant une addiction mais de le mener à une démarche de sevrage. Il est possible de faire appel à la médecine du travail pour accompagner la personne dans cette démarche. Le cannabis représente l’une des addictions les plus néfastes dans le monde du travail. « Si vous consommez du cannabis plus d’une fois par mois, vous avez deux fois plus de risques de perdre votre emploi dans l’année », indique Nicolas Prisse, président de la MILDECA (mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives).

Concernant l’alcool, la réglementation au travail (article R4228-20 du décret numéro 2014-754) limite la consommation pendant les heures de travail à de la bière, du vin, du poiré et du cidre. Comme sur la route, un salarié n’a pas le droit de dépasser un seuil de 0,5 grammes d’alcool par litre de sang. Si inscrit dans le Règlement Intérieur, le patron peut utiliser des éthylotests chimiques à usage unique pour savoir si l’un de ses salariés dépasse le seuil autorise. À noter qu’un éthylotest ne permet que de savoir si le seuil est dépassé, sans donner le taux d’alcoolémie exact.

Pour assurer la sécurité, la santé et le bonheur de ses équipes, un employeur doit avant tout miser sur la prévention et une prise en compte de la vie privée, sans empiéter sur cette dernière.

Ce qu’il faut retenir

  • La qualité au travail a pour objectif de combiner performance et bien être.
  • La culture d’entreprise, les relations entre salariés, les relations hiérarchiques ou encore le contenu du travail sont autant de critères à prendre en compte dans la qualité de vie au travail.
  • L’équilibre personnel est primordial pour une bonne QVT, c’est l’élément le plus difficile à gérer pour un employeur.
  • Il est question de prévenir et intervenir face à des salariés présentant une addiction (drogue, alcool, tabac, jeux vidéo…)

La qualité de vie au travail est un facteur important pour la performance d’une entreprise. Il est important de mettre en place une vraie stratégie pour s’assurer que ses employés se sentent bien dans le cadre de leur travail. 

(Source MEDISAFE)