LES CHAUFFEURS PL PLUS EXPOSÉS À DES RISQUES POUR LEUR SANTÉ.

Rédigé le 11/06/2021


Les chauffeurs de poids-lourds circulant en France sont davantage exposés à des facteurs de risques pour leur santé (surpoids, tabagisme), avec des conséquences potentiellement dangereuses sur la route, que le reste de la population, révèle une étude scientifique publiée mercredi.

Ainsi, selon cette étude, 24% des 515 conducteurs de 17 nationalités différentes (dont 50% de Français) interrogés sont obèses (contre 16% parmi les hommes français), 38% consomment du tabac quotidiennement (contre 28%) et moins d'un tiers (29%) déclarent pratiquer une activité sportive.

Autant de facteurs de risques pour leur santé auxquels ils ont exposés "du fait de leurs conditions de travail" (sédentarité, alimentation, horaires de travail), notent le professeur de santé publique Loïc Josseran et la chercheuse Patricia Delhomme, qui ont piloté cette étude financée par Vinci Autoroutes et menée en mars et avril 2018 sur quatre aires d'autoroute.

Selon eux, elle est la première à porter sur le comportement et la santé des chauffeurs de poids-lourds circulant en France.

"Subséquemment, plusieurs études internationales ont également montré que les CPL (conducteurs de poids lourd) présentent des prévalences plus élevées de pathologies cardio-vasculaires, de diabète, de cancer du poumon, ou d'obésité directement liées à leurs habitudes de vie et conditions de travail" ajoutent-ils.

Les conséquences en terme d'accidentologie peuvent être réelles. "Le tabagisme et l'obésité font assez mauvais ménage avec le sommeil, et (favorisent) notamment l'apnée du sommeil, qui provoque une baisse d'attention dans la journée" souligne auprès de l'AFP le Pr Loïc Josseran.

"Quand on est en surcharge pondérale ou obèse, on est moins alerte, on bouge moins rapidement, donc on manque de capacité à réagir si la situation l'exige (au volant)", ajoute-t-il.

Habitués à conduire longtemps et "aux tâches routinières" selon Patricia Delhomme, les chauffeurs interrogés sont 40% à avoir frôlé l'accident l'année écoulée. Mais le pourcentage "est voisin en ce qui concerne les automobilistes, qui font moins de kilomètres", précise la chercheuse, qui avait auparavant conduit une étude similaire auprès de ces derniers.

Le but de cette étude est, d'après le Pr Josseran, d'en "tirer des mesures en terme de prévention" pour ces "invisibles, sans qui l'économie ne tiendrait pas trois semaines; on s'en est encore plus rendu compte avec la crise sanitaire".

Ainsi pour améliorer l'hygiène de vie des chauffeurs, mettre en place sur les aires de service "un environnement propice à l'activité physique, ne serait-ce que marcher", proposer "de la restauration autre que des sandwiches sous vide" ou encore augmenter le nombre d'aires sécurisées.

En effet, "une grande majorité de conducteurs interrogés souhaitent pouvoir dormir et se reposer vraiment sans devoir garder un oeil ouvert pour surveiller leur marchandise ou leur carburant" explique Patricia Delhomme.

(source AMtoday)