IATA et les vaccins : les employés de l’aérien sont essentiels!

Rédigé le 16/12/2020


L’IATA a renouvelé son appel aux gouvernements pour qu’ils considèrent les employés du transport aérien comme des « travailleurs essentiels » et donc prioritaires dans les campagnes de vaccination contre la Covid-19.

Si elle reconnait que les travailleurs de la santé et les personnes vulnérables doivent être les premiers à recevoir les nouveaux vaccins, l’Association du transport aérien international (IATA) demande toujours aux gouvernements qu’ils veillent à ce que les employés du secteur de l’aviation soient « considérés comme des travailleurs essentiels » pendant les prochaines campagnes de vaccination. La 76e Assemblée générale annuelle de l’IATA a adopté à l’unanimité une résolution à cet effet.

L’appel de l’IATA est « aligné sur la feuille de route proposée pour la hiérarchisation des utilisations des vaccins » par le Groupe stratégique consultatif d’experts sur la vaccination de l’OMS, rappelle son communiqué : ce groupe SAGE recommande des populations prioritaires pour la vaccination « en fonction de la situation épidémiologique respective et des scénarios d’approvisionnement en vaccins », ce qui inclut les travailleurs des transports « aux côtés d’autres secteurs essentiels en dehors des secteurs de la santé et de l’éducation, y compris la police, par exemple ».

L’IATA a également réaffirmé lors de son assemblée générale « le rôle vital du transport aérien » dans la facilitation de la réponse mondiale à la pandémie, y compris la distribution en temps voulu de médicaments, de kits de test, d’équipements de protection et éventuellement de vaccins dans le monde entier.

« Nous ne demandons pas que les travailleurs de l’aviation soient en tête de liste, mais nous avons besoin que les gouvernements veillent à ce que les travailleurs des transports soient considérés comme essentiels lors de l’élaboration des plans de déploiement des vaccins », a déclaré Alexandre de Juniac, PDG sortant de l’IATA. Le transport des vaccins COVID-19 « a déjà commencé et, comme le montrent les calculs, il faudra l’équivalent de 8000 avions cargo Boeing 747 pour une distribution mondiale. Il est donc essentiel que nous disposions de la main-d’œuvre qualifiée pour garantir le bon fonctionnement de la chaîne logistique », a-t-il ajouté.

(source air journal)