Flash FGT CFTC Déconfinement.....

Rédigé le 29/04/2020


Déconfinement…

ou quand les plans de transports sont réalisés par ceux qui ne les prennent pas !

Hier après-midi le Premier Ministre nous annonçait son déconfinement. Il nous disait que c’est du jamais vu dans l’histoire de l’Assemblée Nationale. D’ordinaire, ce qui se passe dans l’hémicycle intéresse rarement au-delà du cénacle médiatico-politique. Ce mardi après-midi, des millions de Français ont eu les yeux rivés sur le Palais Bourbon pour découvrir le sort qui leur serait réservé à partir du 11 mai… ou le pensaient-ils ? 

A la tribune, après un discours d’une heure pile durant lequel il a placé chacun devant ses responsabilités : les députés ont approuvé à 368 son plan, 100 ont voté contre et 103 se sont abstenus. 

Grave tout au long de son intervention il dit que « Jamais dans l’histoire de notre pays, nous n’avons connu cette situation. Ni pendant les guerres, ni pendant l’Occupation, ni pendant les précédentes épidémies » et de rajouter, « Nous devons protéger les Français sans immobiliser la France au point qu’elle s’effondrerait ». « Les jours heureux » évoqués par Emmanuel Macron, le 13 avril, ne sont pas pour tout de suite !

Mais comment cela va s’articuler ? 

Le déconfinement aura une forte grille de lecture géographique et sera adapté aux situations très différentes de chaque territoire. A partir du jeudi 7 mai, tous les départements vont être classés en deux catégories : les verts, là où les indicateurs sont favorables et où le déconfinement peut se dérouler comme prévu ; les rouges, où ils sont mauvais, et où le déconfinement devra être plus contraint. Non nous ne sommes pas sur KOLANTA, mais si parfois nous nous sentons sur une ile déserte, sans masques ni sur-blouses, sans tests…

Le port du masque sera recommandé en général et obligatoire dans les transports.

Le télétravail devra continuer au maximum pour éviter l’engorgement. Les commerces pourront rouvrir le 11 mai, mais pas les cafés, restaurants, cinémas, grands musées, salles de sport. Si les déplacements seront à nouveau libres en deçà d’une limite de 100 kilomètres, les rassemblements de plus de dix personnes seront interdits, y compris dans les lieux privés. Quelles seront les différences entre les zones rouges et vertes ? Comment limiter l’affluence dans les transports ?

Transports : de nouvelles frontières encore floues 

Pour les opérateurs de transports, masques obligatoires dans les métros et les trains, condamnation d’un siège sur deux, marquages au sol, et appel aux entreprises à alléger les heures de pointe par la pratique d’horaires décalés. 

Comment garantir des distances de sécurité et des gestes barrières dans les transports en commun urbains souvent bondés ? Surtout s’ils doivent fonctionner d’abord à 70 % de leur capacité ! N’aurait-il pas mieux valu doubler le nombre de rames dans les agglomérations urbaines ? Cela semble une gageure.

Les autorités chargées, pour chaque territoire, d’organiser les déplacements du quotidien, et dont les pouvoirs ont été renforcés par la récente loi d’orientation des mobilités, vont devoir se montrer imaginatives.  En fonction de la nouvelle carte des départements « rouges » et « verts », décider de la façon dont les usagers pourront se déplacer sur leur territoire. Les AO devront-ils doubler voire tripler sur les lignes dédier, le nombre de bus pour les ramassages scolaires, puisque ceux-ci devront respecter les règles de distanciation ? 

Restent aussi des inconnues majeures pour les déplacements nationaux. Le Premier ministre a indiqué que les voyages devraient se limiter aux motifs professionnels ou aux obligations familiales impérieuses. La limite des 100 km autour du domicile est considérée comme une des nouvelles frontières du déconfinement. Comment fera-t-on respecter cette limite ? On risque de voir fleurir les cas particuliers dans les déplacements interdépartementaux, que la réservation obligatoire dans les trains ne réglera pas. Les contrôles et la coercition seront difficiles dans la mesure où les autorisations de sortie sont amenées à disparaître. 

Mais rassurons-nous (nous plaisantons), ces points précis feront l’objet d’un projet de loi qui sera présenté samedi en Conseil des Ministres.

La FGT-CFTC suivra ces débats de très près......