L’égalité professionnelle toujours inégale dans le transport routier...

Rédigé le 12/07/2021


Dans l’une des dernières études du ministère de la Transition écologique baptisée "Les femmes salariées dans le secteur des transports et de l’entreposage : regards sur l’égalité professionnelle", le constat est clair : la part des femmes dans le secteur reste plus faible que dans le secteur privé en général, et très contrastée selon les métiers.

Moins de femmes dans le transport routier et la logistique (public et privé, fret et voyageurs) que dans le secteur privé en général, mais davantage de cadres. Voici en substance le constat de l’une des dernières études du ministère de la Transition écologique baptisée "Les femmes salariées dans le secteur des transports et de l’entreposage : regards sur l’égalité professionnelle".

Pas les mêmes métiers

Elles représentent 27,1 % des salariés de la filière en 2019 contre 48,9 % dans l’ensemble du tertiaire marchand et 46,7 % dans l’ensemble du secteur privé. Un niveau plus faible mais stable par rapport à 2018"Dans les activités de poste et de courrier, plus de la moitié des salariés sont des femmes, tandis que le transport de marchandises n’emploie que 12,8 % de personnel féminin", précise l’étude.

Autre tendance relevée : les femmes et les hommes n’exercent pas les mêmes métiers. "Alors que 45 % des hommes sont chauffeurs, les métiers exercés par les femmes sont moins concentrés autour de la conduite (17 %) et davantage orientés vers des emplois administratifs", distingue le document. En termes de fonctions, elles occupent plus de postes de cadres, avec 16 %, contre 11 % pour les hommes. Une proportion supérieure à celle observée dans le privé en règle générale, où les femmes cadres représentent 17 %, contre 24 % pour les hommes.

Des salaires moins élevés

Comme dans bon nombre de secteur de l’économie française, les femmes travaillant dans le transport et la logistique perçoivent un salaire inférieur à celui des hommes. A titre d’exemple, il avoisinait en 2018 en moyenne 2 175 € nets mensuels en équivalent temps plein (EQTP) contre 2 261 € pour les hommes (- 3,8 %). Pour autant, "cet écart moyen en défaveur des femmes est nettement plus faible que celui mesuré pour l’ensemble du secteur privé (- 16,8 %), ce qui résulte en large partie de la structure des emplois occupés par les femmes", plaide l’étude.

Si cette différence de salaire tend à se réduire depuis 2011, la représentation des femmes parmi les plus hautes rémunérations reste toujours faible. "En 2018, elles ne représentent que 17 % des 1 % des salariés les mieux rémunérés du secteur des transports contre 19,5 % dans l’ensemble du secteur privé", souligne l'étude. 

(source actu transport et logistique)